lundi, juillet 17, 2006

La proposition subordonnée relative

La subordonnée relative a la valeur d’un adjectif ou d’un participe épithète ou d’un nom complément et est introduite par un pronom relatif:
Ex: L’homme qui travaille fera son chemin dans la vie. (= travailleur)
Elle a renoncé à ce travail qui la fatiguait. (= fatigant)
Il a fait taire ces personnes qui parlaient trop. (= bavardes)

Parfois, la subordonée relative peut dévoiler un rapport final, de conséquence ou de cause:
Ex: Il cherche une maison où il puisse se sentir à l’aise. (final)
Il frappa longtemps à la porte, qui s’ouvrit. (conséquence)
Le jeune homme, dont la fiancée était si douce, était envié par ses amis. (cause)

Le pronom relatif doit être en direct contact avec son antécédent:
Ex: L’homme qui aime travailler ne craint pas l’avenir.

La fonction des subordonnées relatives dans la phrase:
S’il y a un antécédent, la subordonnée relative est toujours le complément de celui-ci. Au cas contraire, elle peut être:
- sujet: Qui a bu boira.
- complément d’objet direct: Il faut apprécier qui vous donne de bons conseils.
- complément d’objet indirect ou complément d’attribution: Allez dire cela à qui est disposé à vous écouter.
- attribut du sujet: Sylvie est qui elle est.

Le mode dans les propositions subordonnées relatives:
a) L’indicatif est le mode le plus souvent utilisé.
Ex: J’ai un ami qui est très dévoué.

b) Le subjonctif:
- exprime un but, une intention:
Ex: Je cherche une maison qui soit spacieuse.
- utilisé dans les subordonnées complémentes d’un superlatif:
Ex: C’est le plus beau spectacle que j’aie vu.

c) Le conditionnel montre une action possible, parfois improbable:
Ex: Je rêve d’un voyage où tu m’accompagnerais.

d) L’infinitif:
Ex: Je ne trouve personne à qui raconter tout cela. (= à qui je puisse raconter tout cela).

La place de la subordonnée relative:
1. Immédiatement après l’antécédent.
Ex: L’émission que j’ai regardée était instructive.
2. Quand l’antécédent a la fonction de sujet, la place de la subordonnée relative est immédiatement après la proposition principale:
Ex: Ces inconnus partirent, qui l’avaient interrogé.

La subordonnée relative peut être remplacée:
- par un complément du nom:
J’ai vu un homme au complet blanc. (= qui avait un complet blanc)
- par un adjectif épithète:
J’ai parlé à une jeune personne. (= une personne qui était jeune)

[sursa Elena Gorunescu, Gramatica limbii franceze]

2 comentarii:

Michel BACKELJAU a dit…

Pas mal, votre site.
Pour cette fiche, une observation.

Le premier paragraphe parle de proposition relative qui peut se substituer à un nom, à un qualificatif, à un participe. Mais l'exemple du participe manque. Vous écrivez:

Elle a renoncé à ce travail qui la fatiguait. (= fatigant)

Il faut écrire:

Elle a renoncé à ce travail qui lui fatiguait le dos. (= fatigUant le dos)

Ne voyez pas dans cette remarque le fait d'un esprit mesquin mais le souci de parfaire votre travail.

Cordialement.

Anonyme a dit…

Il y a une faute d'orthographe à :
Parfois, la subordonée relative...