samedi, mai 17, 2008

Rien (pronom indéfini, adverbe et nom)

Pronom indéfini.

I. Rien signifiant « quelque chose ». Le pronom indéfini rien n’a pas toujours une valeur négative. Il peut signifier « quelque chose, quoi que ce soit ». Ce sens se rencontre dans les cas suivants:

1. Dans des phrases interrogatives directes ou indirectes.

Y a-t-il rien de si beau que ces vers-là? (= quelque chose d’aussi beau)
Je vous demande si vous connaissez rien de plus glorieux que cette action.

2. Dans une conditionnelle.

Il s’affole si rien se produit (= si la moindre chose).

Ce tour, très rare et très littéraire, est à éviter dans la prose courante.

3. Après une principale négative de forme (rare) ou de sens (usuel).

Tu n’as pas sujet de rien craindre. (rare)
Je vous défends de toucher à rien.
Il a refusé de rien modifier (= de modifier quoi que ce soit).
Il est impossible de rien prévoir (= de prévoir quoi que ce soit).
Je considère comme inopportun de rien tenter (= de tenter quoi que ce soit).

4. Après sans, sans que.

Il est parti sans rien dire.
Nous nous sommes séparés sans que rien fût décidé
(= sans que quelque chose fût décidé).

5. Après avant de, avant que.

Il est parti avant d’avoir rien décidé.
Nous nous sommes séparés avant que rien fût décidé
(= avant que quelque chose ne fût décidé).

6. Dans la locution si peu que rien (= si peu que ce soit). Cette locution est vieille et rare.

II. Rien signifiant « nulle chose ». Ce sens est de beaucoup plus fréquent.

1. S’emploie normalement avec l’adverbe négatif ne:

Rien ne sert de courir.
Il ne fait rien.
Nous n’avons manqué de rien.


On évitera les tours relâchés de la langue parlée très familière:

Il fait rien.
Nous avons manqué de rien.


La locution ne... rien peut être renforcée par jamais, personne, plus, aucun, nul, mais non par pas:

Il n’a jamais rien donné.
Personne ne fait rien, ici!
Ils n’ont plus rien à dire.
Aucun savant ne peut rien dire de plus.
Nul homme ne trouvera jamais rien de plus beau que ce geste héroïque
.

2. Peut s’employer sans ne dans les tours elliptiques:

Rien de plus facile que d’écrire cette lettre.
Voyez-vous quelque chose? – Rien.


S’emploie aussi sans ne dans certaines expressions:

Cet homme d’affaires est sorti de rien.
Je compte pour rien cette différence.
Cela réduit à rien leurs possibilités.
Vous avez travaillé pour rien.
Un homme de rien.


3. Pas rien. On évitera la faute populaire qui consiste à employer pas avec rien. On dira:

Cela ne sert à rien (et non Cela sert pas à rien).
Cela ne fait rien (et non Ça fait pas rien).

4. Ce n’est pas rien (au sens de « c’est beaucoup, c’est une chose considérable, difficile, etc.).

Six enfants à élever, ce n’est pas rien!
Il a une propriété de cent dix hectaires, ce n’est pas rien.


Ce tour est considéré comme incorrect. Le reserver à la langue parlée familière.

III. Place de rien complément d’objet direct.

1. A un temps simple personnel. Rien se place après le verbe:

Je n’entends rien.
Je ne lui donne rien.


2. A un temps composé personnel. Rien se place entre l’auxiliaire et le participe:

Je n’ai rien entendu.

En revanche, personne se place après l’auxiliaire:

Je n’ai entendu personne.

Quand rien a un complément, on peut le mettre soit avant l’auxiliaire (Il n’a rien fait de bon), soit après l’auxiliaire (Il n’a fait rien de bon). Ce second tour est plus rare.

3. A l’infinitif présent. Rien se place normalement devant le verbe:

Il est resté tout ce temps sans rien dire.

4. A l’infinitif passé. Rien se place normalement entre l’auxiliaire et le participe:

Elle est revenue sans avoir rien obtenu.

5. A l’infinitif présent avec en ou y. Rien peut se placer devant en ou y (usuel) ou derrière en ou y (plus rare):

Sans rien en tirer

ou

Sans en rien tirer (plus rare et littéraire).

Sans rien y comprendre (usuel)

ou

Sans y rien comprendre (plus rare).

IV. Rien qui, rien que, rien à quoi... La relative qui a rien pour antécédent se met généralement au subjonctif (nuance de conséquence):

Dans tout ce fatras, il ne voyait rien qui le séduisît.
Il n’est rien que nous n’ayons essayé.
Il n’y a rien ici à quoi vous puissiez vous intéresser.


V. Rien de, rien que

1. Rien se joint par de à l’adjectif qui le suit:

rien de beau
rien de bon
rien de neuf
rien de nouveau
rien de vrai
rien de grand
rien de meilleur
rien de mesquin
rien de critiquable


De même, se joint par de aux adverbes mieux, moins, pis, plus:

rien de mieux écrit
rien de moins certain
rien de plus étrange


2. Rien de plus, rien de moins + adjectif. On prendra garde à la bonne interprétation de ces tours.

Rien de plus surprenant (= cela est tout à fait surprenant)
Rien de moins surprenant (= cela n’est nullement surprenant, cela est tout à fait naturel)

3. Rien que, rien que de. On distinguera ces deux tours. Rien que équivaut à « seulement »:

Rien qu’une minute, rien qu’un instant (= une minute, un instant seulement)
Rien que pour voir, rien que pour essayer (= seulement pour voir, pour essayer)

Rien que de, renforce un adjectif dans des tours tels que:

Cela n’a rien que de très naturel (= cela est très naturel)

VI. Rien de moins que, rien moins que. Deux locutions souvent confondues.

1. Rien de moins que. Tout à fait, exactement, vraiment:

Cette affirmation n’est rien de moins qu’un mensonge (= est vraiment un mensonge, est un véritable mensonge).

2. Rien moins que. En aucune manière, nullement, absolument pas:

Notre ami n’était rien moins qu’un héros (= n’était nullement un héros).

En raison des confusions et des équivoques fréquents auxquelles donnent lieu ces deux locutions, il sera prudent de les éviter, surtout dans les texte où il importe avant tout d’user d’un style clair et net.

VII. Expressions diverses

1. Comme rien, au sens de « facillement, très vite ».

Il a résolu le problème comme rien.

Tour très familier. Equivalent soutenu: comme en se jouant.

2. Cette personne ne m’est rien, ne m’est de rien.

La langue soutenue distinguait

Cette personne ne m’est rien (= n’a pas de lien de parenté avec moi)

et

Cette personne, cette chose ne m’est de rien (= ne m’intéresse pas, ne m’inspire aucun sentiment, n’a pas de valeur à mes yeux).

De nos jours, le tour ne m’est rien s’emploie dans tous les sens, et ne m’est de rien est devenu archaïque, précieux et très littéraire.

VIII. Il est rien beau, ton vélo! (= il est très beau). L’emploi adverbial de rien au sens de « très » appartient à la langue très populaire. Ne pas confondre avec le tour littéraire Il est un rien naïf (= un peu naïf).

IX. Rien substantif

1. Au sens de « chose insignifiante », prend l’article et la marque du pluriel:

Un rien effraie.
Il se laisse arrêter par des riens.


2. On distinguera rien du tout (sans trait d’union), simple renforcement de rien, et un (une) rien-du-tout « une personne sans valeur, sans moralité » (familier):

Depuis un mois, il ne fait rien du tout.
Sa femme est une rien-du-tout.
Ce sont des garnements, des voyous, des petits rien-du-tout
(invariable).

Le nom rien-du-tout est familier.

3. Un rien d’ironie. Un rien de + nom signifie « une petite quantité, une pointe de »:

Cela fut fait en un rien de temps.
Un rien de mépris apparaissait dans ses propos.


4. Il est un rien naïf. Un rien + adjectif signifie « un peu de, légèrement »:

Il avait une voix calme, grave, un rien solennelle.

Ne pas confondre avec le tour très populaire:

Il est rien beau, ton vélo! (= très beau).

Voir toutes les pièges et les difficultés de la langue française


Magasinez dans la Boutique du Pro-F

0 comentarii: